Le partage des taches ménagères, c’est bon pour la jouissance sexuelle

C’est le New York Times qui l’écrit, en enquêtant… sur les anciens pays du bloc soviétique, à l’occasion des 100 ans de la révolution d’octobre 1917, et en découvrant que ces pays socialistes se sont bien plus impliqués dans la condition féminine et dans le bien-être des femmes :

« Dès 1952, les sexologues tchécoslovaques ont commencé à faire des recherches sur l’orgasme féminin et, en 1961, ils ont tenu des conférences exclusivement consacrée au sujet », a déclaré Katerina Liskova, professeur à l’Université Masaryk en République tchèque. « Ils se sont concentrés sur l’importance de l’égalité entre les hommes et les femmes en tant que composante essentielle du plaisir féminin. Certains ont même soutenu que les hommes doivent partager les tâches ménagères et l’éducation des enfants, sinon il n’y aurait pas de bonnes relations sexuelles.

Agnieszka Koscianska, professeur agrégé d’anthropologie à l’Université de Varsovie, m’a dit que les sexologues polonais d’avant 1989 ne «limitaient pas le sexe aux expériences corporelles et soulignaient l’importance des contextes sociaux et culturels pour le plaisir sexuel». C’était la réponse du socialisme d’Etat À l’équilibre travail-vie personnelle: « Même la meilleure stimulation, ont-ils soutenu, ne contribuera pas à faire du plaisir si une femme est stressée ou surmenée, s’inquiétée de son avenir et de sa stabilité financière ».

Il s’agit d’un article du NYT du mois d’aout 2017, un essai de la série Red Century (Siècle Rouge), sur l’histoire et l’héritage du communisme 100 ans après la Révolution russe.

Kristen R. Ghodsee, professeur d’études russes et d’Europe de l’Est à l’Université de Pennsylvanie, auteur de nombreux ouvrages sur le communisme européen et ses conséquences, a voulu enquêter sur cette affirmation d’une enquête publiée en Allemagne peu après la réunification et qui constatait que les femmes de l’Est vivaient quatre fois plus d’orgasme que les femmes de l’Ouest !

Il a paru sur le blog Histoire et Société, ici, sur une traduction de Danielle Bleitrach.

Je n’en cite qu’un bref extrait qui… devrait interpeller les hommes.

Dans un premier temps, leur faire penser au fameux « le vais aider ma femme » (sic : voir le document « je n’aide pas ma femme »).

Les faire réfléchir ensuite à ce fait que la « charge mentale » de l’organisation des taches ménagères peut vous épuiser, vous vider les neurones, ne pas vous laisser le temps de la rêverie et du fantasme. Donc, partager les tâches ménagères, c’est surtout viser à partager la charge mentale que demande la gestion d’une tache, de sa conception à sa mise en exécution et à toutes les taches annexes.

Mais il y a un troisième stade, plus étonnant. Les hommes devraient se demander ce qu’ils font de la « charge mentale » qui les occupe à « être un homme » aux yeux des autres hommes, à se rassurer d’être un vrai homme, à vivre avec cet incertitude, et le stress de cette inquiétude et de cette compétition et de ce jeu de rôle en face du groupe des autres hommes. On peut se demander si ce stress n’a pas une influence sur leur capacité relationnelle durant l’activité sexuelle, si cela n’a pas une influence sur leur érotisme ‘conquérant’ ou ‘sportif’ plus que partagé, etc. Et donc sur une jouissance amoindrie. Le thème est vaste ! Je ne fais que poser la question et lancer l’interpellation…

Par ailleurs, je me souviens d’avoir lu que dans la Russie soviétique, les crèches étaient conçues comme des maisons d’enfants, au profit de l’autonomie de la femme : elle pouvait décider de ne pas reprendre ses enfants un jour, du fait de réunions militantes en soirée, ou autres actions sociales, sans qu’il y ait culpabilisation ; l’éducation collective allait de pair (sans compétition) avec l’éducation maternelle. Une manière de faire bien oubliée aujourd’hui.

 

Cet article, publié dans changer les hommes, Féminisme, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.