« Concours Reine Élisabeth: un palmarès inattaquable, la musique sort vainqueur ! »

Je ne sais pas pour vous, mais moi, j’ai tiqué immédiatement. C’est un titre du Soir de ce dimanche (ici). Or nous connaissons la musique entrainante, rythmée, colorée, délassante. Mais la musique vainqueur ? Je parie que, si le palmarès devait être attaqué, on aurait titré : la musique sort perdante.

Car le masculin vainqueur l’emporte, même sur une musique victorieuse. Qui pourtant sort grandie du palmarès.

Cet article n’est pas dans la rubrique sportive, non, il est dans la rubrique Culture.

On le sait, la titraille des journaux a toujours été scandaleux. parce que sexist. Na !

Cet article, publié dans Féminisme, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour « Concours Reine Élisabeth: un palmarès inattaquable, la musique sort vainqueur ! »

  1. meg dit :

    Ca me fait penser aux membres de l’académie française qui à l’enterrement d’une académicienne se désolaient de la perte de leur « confrère ». Comme si le mot consœur n’existait pas.
    En cherchant sur wikipédia pour retrouver le nom de cette confrère je tombe sur la fiche « femmes membres de l’AF » https://fr.wikipedia.org/wiki/Femmes_%C3%A0_l%27Acad%C3%A9mie_fran%C3%A7aise#Les_femmes_membres_de_l%E2%80%99Acad%C3%A9mie
    qui comporte une liste exhaustive des « candidatures malheureuses » du coup je vais voire chez les académicien·nes en général et là il y a une liste des hommes qui ont refusé le siège qu’on leur avait offert. Pas de liste des « hommes malheureux ».
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Acad%C3%A9mie_fran%C3%A7aise

    Aimé par 1 personne

    • chesterdenis dit :

      En voilà une trouvaille ! Bravo !
      Ainsi les hommes ne gardent pas la mémoire de leurs défaites, par solidarité entre eux tous. On ne souligne le ‘malheur’ d’un candidat que si la malchance le frappe (crevaison dans la dernière ligne droite…). On ne retient que son courage « malgré tout ».
      Dès lors on se demande ce qui a amené la vénérable institution à conserver quand même les candidates refusées ? Pour se réjouir de leur exclusion et pour les dénigrer ? Certainement pas pour célébrer leur courage. Je m’interroge encore…

      J'aime

      • meg dit :

        J’ai aussi l’impression qu’il y a un coté punitif par une volonté d’humiler ces femmes qui ont osé poser leur candidature au titre d’immortelles. Ca sert de leçon aux autres femmes qui auraient cette étrange idée. On peu voire quand meme que les candidates sont très rares puisqu’il y en a seulement une petite vingtaine de refoulées entre 1874 et 2018. Je connais assez l’immense fatuité masculine pour savoir que depuis 1642, les « candidats malheureux », doivent se compter par paquets de 1000.

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.