Quand les « courageux matamores » méprisent celle qui met le feu

Un matamore est un soldat fanfaron,se vantant d’exploits imaginaires. Connu dès l’Antiquité, il a reçu son nom durant les « croisades » contre la civilisation espagnole arabisante (= celui qui prétend avoir maté des maures). Les hommes sont souvent des héros du zinc du Café du Commerce : ils n’ont écouté que leur courage, mais rien de sérieux n’est arrivé.

Eh, bien, ces courageux fanfarons se sont encore illustrés dans leur mépris d’une femme, récemment en Belgique.

En deux mots voici l’origine de l’événement : une lycéenne belge de 17 ans, admiratrice de Greta Thunberg, a lancé le même appel en Belgique : faisons grève scolaire tous les jeudis, pour que des décisions politiques attendues tiennent compte de la lutte contre le changement climatique. Et son appel a reçu un retentissement certain, dans les deux communautés linguistiques du pays. Les jeunes belges ont été à la pointe pour secouer le système politique belge durant tout le premier semestre 2019. Cette jeune fille, Anuna De Wever, a créé un mouvement Youth for climate,  et fait campagne cet été pour maintenir la pression. Elle a connu un succès médiatique. (Non, ses parents ne peuvent être accusés de l’avoir instrumentalisée pour leur propre combat.)

Elle a été invitée à prendre la parole à la tribune d’un important festival de musique, le Puppelkop, 32e édition, en Flandres. Contre toute attente, elle a été largement huée par une partie du public. C’est étonnant, mais ce n’est pas un problème. Ce public a pu estimer qu’on ne pouvait mélanger une « cause » à leur désir de partager les musiques et de payer pour cela. Tout comptes faits, il y a une majorité du public qui n’est pas prêt à militer pour des causes sociales comme la justice écologique, la justice sociale, le féminisme, etc.

Mais l’événement survient par la suite. Anunna de Wever et ses copines, comme des jeunes festivalières normales, ont décidé de planter leur tente dans le camping organisé par le festival. Et c’est là qu’une bande d’hommes contestataires ont été fiers de s’en prendre courageusement à ces trois jeunes filles, à démolir leur tente et leur matériel ce camping et à arroser ces femmes avec des bouteilles remplies d’urine.

J’insiste sur ce détail, car voilà bien un produit hors commerce ! Il faut avoir abusé de la boisson, et notamment de la bière, avoir eu la flemme d’aller aux toilettes et avoir des vidanges (de bière) à disposition pour fabriquer ce produit, avec l’aide… d’un appareil génital masculin ! Et être animé par le mépris souverain envers les femmes pour transformer sa fosse à purin en arme de combat ! Avec cris et injures !Le service d’ordre du festival a du assurer la protection de ces jeunes filles, pour qu’elles puissent continuer à assister au festival et en profiter.

Finalement, voilà des militants minables, des potaches, qui s’en sont pris sans doute à des jeunes femmes comme eux, mais qui avaient pour elles une fierté de militantes, de femmes fortes, de « sorcières ». Ils n’ont pas supporté ce renversement de la hiérarchie à dominante masculine. Et ils se sont offert une importante victoire militaire, à leurs yeux, grâce à leur urine imbibée…

J’ai fait plusieurs hypothèses sur la situation, parce que les circonstances de l’événement n’ont pas été explicitées, bien qu’il ait fait le buzz dans les médias. Il faut dire que la présence d’une jeunesse d’extrême droite arborant le drapeau qui symbolise le mouvement d’émancipation flamande depuis un siècle mais aussi son versant collaborationniste avec les nazis durant les années 35-45, a amené à un autre incident, car les organisateurs du festival ont interdit ces drapeaux, à peine différents de celui officiel de la Région Flamande.

Il n’est pas exclu que cette jeunesse d’extrême-droite, les opposants au Mouvement des jeunes pour le climat au sein du public et ces matamores sexistes du camping du festival soient les mêmes, ayant considéré que les jeunes filles contestataires étaient « de gauche ».

Cet article, publié dans Féminisme, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.