Le masculin l’emporte : « un Belge souffrant d’un cancer du sein sur 100 est un homme »

C’est un article sur le site web de la radio nationale belge francophone (RTBF), accompagné d’une interview du représentant d’une nouvelle association ad hoc (article qu’on pourra regarder et lire ici). Parmi les victimes du cancer du sein en Belgique, 1% est un homme. Et, au nom de l’égalité femmes hommes (1), les dépenses de soin contre cette maladie devront être remboursés par la Sécurité sociale, alors que la règle ne prévoyait qu’un remboursement pour les femmes victimes de cette maladie. En tous cas, un homme a eu gain de cause devant un tribunal, appuyé par l’Institut pour l’égalité des femmes et des hommes.

Mais l’auteur du titre de l’article a encore fait du zèle masculin. Le masculin l’emporte, même si la population concernée est féminine à 99 % !

J’ouvre un concours : proposez une formulation meilleure ou encore pire que ce titre là ! (Dans la formulation que j’ai moi-même choisie pour résumer l’info, il faut lire : Parmi les victimes du cancer du sein en Belgique, UNE pour cent est un homme. )

(1) C’est toujours cocasse de voir que la législation sur l’égalité femmes hommes peut profiter aux hommes. Cela me rappelle le cas suivant : vers 2005, en France, des hommes ont revendiqué l’égalité appliquée à leur cas de la règle selon laquelle « les mères de famille qui ont éduqué trois enfants ont un avantage en matière de calcul des années de travail valant pour la retraite ».  Ils ont eu gain de cause devant un tribunal européen (le tribunal français les avait déboutés). On peut supposer que, pour aller jusqu’à ce niveau de procédure, il s’agissait d’hommes ayant un salaire important et donc une très bonne retraite, qui ont ainsi pu prendre leur retraite avant la date normale sans perte (décote), en profitant d’un avantage indu, n’ayant pas été freinés dans leur carrière par des contraintes de garde d’enfants.

Précisons que dans le cas de l’article d’aujourd’hui, il parait très normal que les hommes voient les soins remboursés. Il s’agit seulement d’une formulation inadaptée de la règle , ce qui est apparu par la publication d’une statistique des cancers, registre ouvert seulement en 2005. « Le cancer du sein chez l’homme est encore considéré comme une maladie rare. Dans 80% des cas, il est d’origine génétique. », précise l’article.

Cet article, publié dans Féminisme, Non classé, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.